Alexandre Da Silva

Parallèlement à des études de Lettres, Alexandre Da Silva découvre la danse contemporaine et poursuit sa formation au CNDC d’Angers.
Son parcours d'interprète le conduit à rencontrer diverses esthétiques notamment en travaillant avec Sylvie Pabiot, Jonathan Schatz, Manolie Soysouvanh et Matthias Poisson, Geisha Fontaine et Pierre Cottreau, Yuval Pick, Perrine Valli, les gens d'Uterpan, Joanne Leighton,Arthur Perole, Thibaud Le Maguer, Mylène Benoît et Catherine Contour.

 

Intrigué par diverses formes que peuvent endosser les communications qui nous entourent, il entame une formation en langue des signes française (LSF) qui débouche sur la préparation d’une licence en sciences du langage. Conjointement à cette problématique, il initie un travail autour du sample, tentative de questionner l’obsession et sa régularité, qui trouvera une première itération dans la réalisation de Pop Obsession, totem musical présenté lors des Journées Jouables, initiées par Cap 15 à Marseille.

 

Il coécrit le projet Simulation(s), performance autour de l'image, et suit parallèlement le programme Transforme dirigé par Myriam Gourfink à l'abbaye de Royaumont. Dans ce cadre émerge le projet Migration(s). Invité par le CAC Brétigny, il initie le projet [bʁe.ti̪.ˈɲi syʁ ˈɔʁʒ], dont découle le projet Monuments, pratique participative générée en regard du contexte de la ville de Bretigny-sur-Orge. Pour le lancement de 13/13, Villégiature d’Art Contemporain, il crée la performance Fragments.

©Mélanie Moussay