Katell Daunis

Katell Daunis a grandi en Polynésie Française sans jamais aller au théâtre. C'est bien plus tard, à Nantes, qu'elle intègre le conservatoire de théâtre en parallèle de ses études à la fac de Lettres. 

En 2009 elle entre à l'école nationale de la Comédie de Saint-Etienne. Elle y rencontre Elsa Rooke, Michel Raskine, Anne Monfort, et Gwenael Morin qui l'influencent particulièrement.

Avec ses camarades de promotion elle fonde le COLLECTIF X au sein duquel elle travaille toujours régulièrement depuis 2012. C'est avec les X qu'elle joue dans Manque de Sarah Kane, Le soulier de satin de Paul Claudel, le projet Villes#, et qu'elle met en scène Un pour la route de Harold Pinter. En 2014 elle rencontre Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier et joue le rôle de Deb dans la création française de Dans la république du Bonheur de Martin Crimp, qui tournera pendant deux ans et notamment au théâtre national de Chaillot. Cette même année elle entame sa collaboration avec Anne Monfort avec la création de Et si je te le disais, cela ne changerait rien d'après Falk Richter. 

Par ailleurs, elle participe à des projets artistiques pluridisciplinaires en Islande et en Tunisie. Sélectionnée parmi les Talents ADAMI en 2016, elle travaille à cette occasion sous la direction de Frank Vercruyssen du collectif TGSTAN dans Amours & Solitudes d'après les textes de Arthur Schnitzler, à l'affiche du Festival d’Automne à Paris. En 2017, elle joue au TNP pour la création de Gonzoo-Pornodrame, une pièce de Riad Gahmi mise en scène par Philippe Vincent. 

En 2018, elle retrouve Anne Monfort pour la création de Désobéir, Le monde était dans cet ordre-là quand nous l'avons trouvé, d'après les textes de Mathieu Riboulet.